SDP N°1243

De même qu’au temps de Moïse celui qui fixait du regard le serpent d’airain était guéri, délivré, restauré, alors que pendant ces jours de jeûne et prière nous avons fixé les regards sur Jésus-Christ, le véritable serpent d’airain, nous proclamons que nous avons reçu la libération de toutes les formes de morsures de serpents.

Jean 3.14-15 – Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l’homme soit élevé, afin que quiconque croit en Lui ait la vie éternelle.

La fin de la captivité (Paroles Prophétiques)